L'eau, milieu de vie

Présentation des différents milieux aquatiques.

Les milieux aquatiques

Les cours d'eau, fleuves, rivières, ruisseaux s'écoulent en permanence ou de façon saisonnière vers la mer.
Dans chaque cours d'eau, on observe une alternance de milieux différents qui induisent une diversité des conditions de vie (zones de calme, de rapides, méandres, bras morts...).

Les étangs et les lacs sont alimentés par les cours d'eau, les sources et les précipitations locales. Ils sont caractérisés par le très faible taux de renouvellement de l'eau qu'ils contiennent. Cette caractéristique leur confère une grande sensibilité aux pollutions.

Les zones humides se situent à la lisière de l'eau, celles-ci constituant le facteur écologique prédominant. Les eaux de surface et les eaux souterraines affl

eurent suffisamment longtemps pour qu'apparaissent une faune et une flore spécifiques. Parmi les zones humides, on distingue : les tourbières, les étangs marécageux, les marécages et les terrains temporairement immergés, prairies et forêts humides. Ces zones, particulièrement riches en espèces animales et végétales, jouent un rôle déterminant sur la migration de certaines espèces d'oiseaux.

Les eaux souterraines sont dues à l'infiltration de l'eau dans les sols et les roches. Elles occupent les vides toujours importants (quoique peu visibles) dans les roches, à la manière de l'eau imprégnant une éponge.

Les nappes phréatiques sont situées immédiatement sous la surface du sol et sont alimentées directement par infiltration des précipitations et des rivières. Ces nappes sont donc fortement vulnérables aux pollutions de surface.
Les nappes captives occupent des réservoirs aquifères situés sous une couche de terrains imperméables. Non directement alimentées par le sol, elles sont bien protégées et reçoivent une alimentation lointaine.

L'écosystème aquatique

On appelle écosystème aquatique l'ensemble composé d'espèces animales et végétales, d'une part, du milieu aquatique dans lequel elles vivent, d'autre part.

Le soleil fournit chaleur et lumière à l'écosystème. On y distingue trois grands groupes de participants :

Les plantes aquatiques et les algues ont, grâce à la photosynthèse, le rôle de producteurs de matière nouvelle sous forme de feuilles, tiges, fleurs, etc. A partir des sels minéraux et de l'énergie du soleil, elles fournissent la nourriture aux consommateurs primaires.

L'épuration naturelle

Les mécanismes de la régénération

L'épuration naturelle est le processus par lequel l'eau des nappes, des rivières et des lacs s'épure elle-même. Cette "auto-épuration" est l'oeuvre, soit de phénomènes physico-chimiques (filtration, oxydation, absorption sur particules décantées...), soit des organismes qui vivent dans le milieu aquatique : bactéries, protozoaires, algues, plantes, arbres, insectes, etc qui consomment petit à petit la pollution.

Le phénomène de l'auto-épuration peut cependant être moins efficace lorsque le milieu aquatique est victime d'une pollution excessive, ou lorsque la diversité du milieu est dégradée (exemple : travaux de canalisation), ces perturbations pouvant provoquer la disparition, partielle ou totale, des organismes décomposeurs. Par ailleurs, l'épuration naturelle est impossible en cas de présence de substances non dégradables (exemple : le sel, certains plastiques, certaines molécules chimiques particulièrement stables...) ou de substances toxiques inhibant le phénomène d'épuration lui-même.

Le rôle du lit majeur

La rivière est un milieu vivant dont la dynamique est fondamentale. Le lit habituel du cours d'eau, ou "lit mineur", est étroitement lié dans son fonctionnement au "lit majeur" (annexes hydrauliques, marais, tourbières, plaines d'inondation).

La présence et la "bonne santé" de ces milieux annexes à la rivière permettent un fonctionnement optimal du système, c'est-à-dire de la capacité d'auto-épuration, de l'alimentation des nappes alluviales et de la régulation des débits (épandage des crues notamment).

Les consommateurs sont essentiellement les animaux aquatiques, comprenant des espèces extrêmement variées, allant des micro-organismes aux poissons. Ils se nourrissent de plantes (consommateurs primaires) ou d'autres animaux (consommateurs secondaires) pour obtenir l'énergie et les éléments nutritifs dont ils ont besoin. Ces transferts s'effectuent par l'intermédiaire de chaînes alimentaires. Les organismes herbivores sont mangés par les organismes carnivores, qui eux-mêmes peuvent être mangés à leur tour (consommateurs tertiaires) etc.

Les décomposeurs, comme les bactéries et les champignons, décomposent les matières et cellules mortes. Cette assimilation remet dans le circuit des substances assimilables par la flore (sels minéraux) pour une nouvelle photosynthèse, permettant ainsi de boucler la chaîne alimentaire.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Offcanvas Module

Our themes are built on a responsive framework, which gives them a friendly, adaptive layout