Les paramètres d'analyse d'eau

La couleur

Norme: Esthétique < 15 UCV

La couleur peut être d’origine minérale ou organique. Les éléments minéraux susceptibles de colorer l’eau sont le fer (teinte rougeâtre) et le manganèse (teinte noirâtre). Les substances organiques qui donnent une coloration à l’eau sont nombreuses. On peut penser aux algues, à la décomposition de végétaux, aux tannins et aux lignines.

 

La turbidité

Norme : < 5 UTN

La turbidité vient des particules en suspension dans l’eau qui diffusent la lumière dont le limon, l’argile, les matières organiques et inorganiques en fines particules. Certaines conditions météorologiques peuvent modifier la turbidité d’un approvisionnement en eau. Par exemple, les hautes chaleurs en été, les pluies torrentielles et le renversement des lacs à l’automne et au printemps sont des facteurs qui augmentent la turbidité.

Le pH

Norme : entre 6,5 et 8,5

Le pH est une mesure de l’activité des ions d’hydrogène (H+) contenus dans l’eau. Il correspond au logarithme de la concentration des ions H+. L’échelle du pH varie entre 0 et 14, soit une forte acidité (0) et une base forte (14). Une eau légèrement acide sera entre 6,5 et 7. Une eau légèrement alcaline sera entre 7,2 et 8,3. La valeur du pH donne donc une idée de son alcalinité et de sa teneur en CO2. Il faut toutefois faire attention, une eau qui a un pH de 7 peut être agressive si la dureté et l’alcalinité sont faibles.

Le fer (Fe) et le manganèse (Mn)

Norme : Esthétique; Fer 0,3 mg/L et Mn 0,05 mg/L

Le fer et le manganèse sont souvent présents dans l’eau et ce, en quantité variable selon les régions et la provenance de l’eau. La norme a été décidée selon une qualité esthétique. En effet, le fer et le manganèse ne sont pas des substances toxiques. Par contre, au-delà de la norme prescrite, ces composantes donnent une couleur et un goût désagréable à l’eau et elles sont responsables des taches laissées sur les vêtements et sur les accessoires de plomberie.

Le soufre (H2S)

Norme : < 0,05 mg/L

Le soufre donne un gout et une odeur à l’eau désagréable. Bien quelle peut être potable, les gens hésitent à consommer une eau sulfuré. Le soufre est un élément qui se traite bien, nous traiton principalement le soufre à l’aide d’un système d’aération et d’un filtre catalyseur.

La dureté totale

Norme : Esthétique < 120 mg/L

L’eau naturelle étant riche en CO2 et en oxygène a un grand pouvoir dissolvant au contact des minéraux comme le calcite, le gypse et la dolomite. L’eau peut les dissoudre et acquérir une dureté de plusieurs milliers de mg/L selon l’endroit où elle passe.

Les cations qui sont responsables de la dureté sont les cations multivalents. La dureté totale est composée d'environ 80% de dureté calcique et 20% de dureté magnésienne.

Dans la dureté calcique, on retrouve seulement le calcium (Ca2+) et dans la dureté magnésienne, on retrouve tous les autres cations multivalents. Dans certains cas, la dureté peut devenir un problème.

Par exemple, une dureté trop élevée précipite mal le savon, elle peut donc tacher la vaisselle, laisser des dépôts de calcaire dans les réservoirs d’eau chaude et les bouilloires. Par contre, si l’eau ne contient pas assez de dureté, celle-ci devient agressive et elle attaque les tuyaux et les autres accessoires par corrosion.

Voici comment est classée la dureté :

Degré de dureté

  • Douce
  • Modérément douce
  • Dure
  • Très dure

Concentration en mg/L de CaCO3

  • 0-60
  • 60-120
  • 120-180
  • 180 et plus

Les chlorures

Norme : Proposition < 250 mg/L

Les chlorures sont présents dans presque toutes les eaux. Les concentrations sont très variables, pouvant passer d’une dizaine de mg/L à plus d’un millier de mg/L. La provenance des chlorures peut être due au passage de l’eau à travers des percolations de roches sédimentaires, à l'intrusion d’eau salée dans les eaux souterraines et à l’épandage de chlorure de sodium et de calcium sur les routes. La concentration maximale en chlorure proposée est de 250 mg/L, car à des concentrations supérieures, l’eau peut avoir un goût de sel. Les chlorures sont aussi des agents corrosifs à des concentrations élevées.

L’alcalinité

Norme : Proposition entre 30 et 500 mg/L

L’alcalinité, c’est la teneur de l’eau en carbonate (CO3), en bicarbonate (HCO3) et en alcali (OH-). Il n’existe aucune norme applicable à l’alcalinité. L’alcalinité de l’eau est toutefois considérée acceptable entre 30 et 500 mg/L de CaCO3 et bonne entre 100 et 200 mg/L de CaCO3. Cependant, l’alcalinité est le principal facteur de contrôle de l’agressivité de l’eau et de son pouvoir incrustant. Une eau agressive a tendance à réagir avec le métal des canalisations et à le corroder alors qu’une eau incrustante a tendance à précipiter des sels dans le tuyau et à réduire son diamètre utile.

La conductivité

Norme : Proposition < 1650 ms/cm

La conductivité de l’eau est en fonction de son contenu en ions, spécialement de leur capacité à conduire l’électricité. La conductivité de l’eau est directement liée à la concentration des impuretés présentes dans l’eau sous forme ionique. La mesure de la conductivité est influencée par le pH et la température. Il est aussi possible de déduire le résidu sec filtrable par la conductivité.

Les nitrates (No3)

Norme : < 10 mg/L

Les nitrates sont présents un peu partout dans la nature. Les nitrates proviennent de l’oxydation de l’azote en milieu naturel. La concentration en nitrate dans l’eau potable ne doit pas dépasser 10 mg/L, principalement à cause des cas de méthémoglobinémie rapportés chez les jeunes bébés. Cette affection peut être mortelle chez les enfants.

Les sulfates

Norme : < 500 mg/L

Les sulfates proviennent des roches gypseuses et l’oxydation des sulfures répandus dans les roches comme les pyrites. Les sulfates les plus fréquemment rencontrés sont le sulfate de sodium, le sulfate d’ammonium et le sulfate de magnésium. Au Québec, la concentration de sulfate maximale permise est de 500 mg/L. Bien que l’ion de sulfate soit l’un des anions les moins toxiques, une concentration de 250 mg/L peut occasionner des problèmes gastro-intestinaux chez les enfants et une concentration de 300 mg/L peut être laxative chez les adultes. En Europe, on considère que l’eau est non potable si la concentration en sulfate dépasse 250 mg/L.

Les coliformes fécaux

Les coliformes sont présents dans le système intestinal et ils se développent à 37 degré Celsius. La présence de coliformes fécaux atteste une pollution d’origine fécale qui est récente. La source de contamination est près de la source en eau. L’organisme indicateur est E.Colis.

Les streptocoques fécaux

La présence de streptocoques fécaux confirme le cas d’une pollution d’origine fécale même en l’absence de coliformes fécaux. Le S.F. survit longtemps dans les eaux. La provenance de la pollution est donc lointaine.

Les coliformes totaux

La présence de coliformes totaux n’est pas une confirmation d’une pollution d’origine fécale. En effet, ces coliformes peuvent provenir de la décomposition de végétaux.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Offcanvas Module

Our themes are built on a responsive framework, which gives them a friendly, adaptive layout